Arxiu de la categoria: Noticiari 2017

Juliol / Setembre 2.017 – PORTADA

 

Juliol   Agost   Setembre   2.017

Cette rentrée de septembre 2017 voit, bien présents, de chaque côté des Pyrénées, deux énormes SI affirmer haut et fort leur présence.

En Catalogne nord un SI pour s’opposer à la disparition du « Pays Catalan » désormais programmée, car le Conseil d’État a rejeté définitivement les recours contre ce nouveau nom de la région. Une aberration qui va situer sur les guides touristiques du monde entier, Le Canigou, Collioure et l’Abbaye de Saint Michel de Cuxà en ….. Occitanie.

Pour la Catalogne sud un SI devrait répondre à la question du référendum qui doit avoir lieu le 1er octobre : « Voulez-voans us que la Catalogne soit un Etat indépendant sous la forme d’une république ? ».

Dans le cas du référendum, la réponse sera connue dans quelques jours, par contre concernant la « restitution » de Pays Catalan c’est une longue lutte qui ne fait que commencer.

Nous ne pouvons pas entamer cette nouvelle saison sans vous faire part du message de solidarité que nous avons envoyé, en votre nans om, à nos amis, après les attentats de Barcelone et Cambrils.

Ils remercient tous les membres du Cercle Catalan.

Bonne saison 2017/2018.

 

 
Aquest inici de setembre de 2017 ve marcat per dos enormes SÍ que s’alcen alts i fort a banda i banda dels Pirineus.

A la Catalunya nord, un SÍ per oposar-se a la desaparició del “Pays Catalan”, que havia estat proposat, ja que el Consell d’Estat ha refusat definitivament els recursos contra aquest nou nom de la regió. Una aberració que situarà, a les guies turístiques de tot el món, el Canigó, Cotlliure i l’abadia de Sant Miquel de Cuixà a… Occitània.

A la Catalunya sud, un SÍ que ha de respondre a la pregunta del referèndum que hauria de tenir lloc l’1 d’octubre: “Voleu que Catalunya sigui un estat independent en forma de república?”.

En el cas del referèndum, la resposta se sabrà d’aquí a pocs dies; en canvi, pel que fa a la resti-tució del Pays Catalan, es tracta d’una llarga lluita que tot just acaba de començar.

No podem encetar aquesta nova temporada sense compartir el missatge de solidaritat que hem adreçat de part vostra als nostres amics després dels atemptats de Barcelona i Cambrils.

No cal dir que han agraït el suport a tots els membres del Cercle Català.

Bona temporada 2017/2018!

 
 
 
 
 
 
 
 
 

FINAL DEL LABERINT

Quan aquells dits sensibles
toquin músiques fràgils
i lentament vacil·lin
llums canviant de ciris,
surt de la festa. Mira
quanta nit, quina extrema
solitud se t’emporta,
per la rialla, a l’home
justificat i lliure
que neix del teu silenci.

Salvador Espriu
(1913-1985)

 
 
 
 
 
 

 
N’oubliez pas en 2018, nous fêterons les Cent ans de notre Cercle.
 
Un programme est en cours d’élaboration.
 
Si vous avez des idées et un peu de temps à nous consacrer, vous serez les bienvenus.
 

Via fora!, que tot està per fer i tot és possible.
                                            (Miquel Martí i Pol 1929-2003)

 

23 septembre: Repas de rentrée.
1er Octobre: Le forum des langues: annulation de cette fête par l’association Bouleguez organisatrice
14 octobre: Semaine « Autour de la musique » avec la participation de la cobla Mil·lenarià, cobla officielle de la ville de Perpignan. Cours Estienne d’Orves de 14h à 16h30. Venez nombreux!
5 novembre: La Castagnade: Max Dormoy
Décembre: Organisation d’un voyage en Catalogne du Nord: date à déterminer (si 10 personnes)
Décembre: Loto avec nos amis SOM i SEREM
Contrairement aux autres années, l’Assemblée Générale aura lieu au mois de mars et nous fêterons les rois

SUMARI

Vida del Cercle.

La Bonne Mère sillonne le ciel.
El català La “Bona mare” solca el cel.

Catalunya, més enllà del 1 d’octubre …
Catalogne, au-delà du 1er octobre.

EL POBLET (continuació).
EL POBLET (suite).
Tony Sánchez

Juliol / Setembre 2.017 – Vida del Cercle

 

Un discours émouvant de Francesc
pour fêter ce 11 septembre 2017

Le Cercle Catalan présent à Vivacité

Dansons la sardane avec nos amis de Som i Serem

Bienvenue à Marina, notre nouvelle enseignante de catalan.
Les cours de catalan sont dispensés pendant la période scolaire, tous les mardis de 14h à 15h30, à la Maison des Associations.
Le prix des cours est de 100€ pour l’année scolaire plus la cotisation annuelle au Cercle Catalan.
Nous envisageons d’ouvrir un 2iéme cours en soirée si nous avons au minimum 5 élèves (horaires à convenir).
Renseignez vous au: 06-85-15-09-25 ou 06-11-81-84-63.

Juliol / Setembre 2.017 – La Bonne Mère sillonne le ciel / La “Bona mare” solca el cel.

 

La Bonne Mère s’est élevée dans le ciel, à plusieurs kilomètres de la Terre en
compagnie du drapeau catalan.

La “Bona mare” s’ha enlairat cap el cel,
a quilòmetres de la Terra,
en companyia de la senyera.


Ce 5 septembre 2017 les Sociétés COMEX (Marseille) et Zero 2 Infinity (Barcelone) ont uni leurs forces pour réaliser le lancement d’une plateforme stratosphérique depuis la mer.

Zero 2 Infinity est l’un des spécialistes européens de lance-ment de ballons stratosphériques pour des missions scien-tifiques ou industrielles. COMEX est un pionnier des tech-nologies maritimes et des opérations offshore en Europe. Chacune des entreprises, Zero 2 Infinity et COMEX a appor-té son expertise pour réaliser leur première mission ensemble.

L’objectif principal de cette campagne de lancement effec-tuée entre 25 et 55km de Marseille était de tester les opérations de lancement à bord du navire JANUS II de COMEX. Le système de lancement global représente une longueur de 40m avec un ballon de 15m de diamètre pouvant élever 4kg de charge utile. Son déploiement a été opéré avec succès.

Un second ballon a ensuite été lancé avec succès empor-tant à son bord une charge utile symbolique de Marseille : une maquette de « Notre-Dame de la Garde » ainsi que deux drapeaux représentant Marseille et la Catalogne. Le ballon a atteint les 30km d’altitude et a été récupéré avec succès à plus de 50km des côtes.

El passat 5 de setembre de 2017 les societats COMEX (Marsella) i Zero 2 Infinity (Barcelona) han aplegat els seus esforços per dur a terme el llançament d’una plata-forma estratosfèrica des del mar.

Zero 2 Infinity és un dels especialistes europeus de llancement de globus stratosfèrics per missions científiques o industrials. CO-MEX és pioner en tecnologies marítimes i operacions offshore a Europa. Les dues empreses han aportat la se-va experiència per realitzar la seva primera missió en comú.

L’objectiu principal d’aquesta campanya de llançament, efectuada entre 25 i 55 km de Marsella, és provar les operacions de llançament a bord de la nau JANUS II de COMEX. El sistema de llançament global suposa una llar-gada de 40m amb un globus stratosfèrics de 15m de diàmetre capaç d’enlairar 4 kg de càrrega útil. El seu des-plegament s’ha dut a terme amb èxit.

Un segon globus estratosfèric ha estat llançat també amb èxit, duent a bord una càrrgega útil simbòlica de Marsella: una maqueta de Notre-Dame de la Garde, així com dues banderes que representen Marsella i Catalun-ya. El globus estratosfèric ha arribat als 30 Km d’altitud i ha estat recuperat a més de 50Km de la costa.

Juliol / Setembre 2.017 – Catalunya, més enllà del 1 d’octubre … / Catalogne, au-delà du 1er octobre

 

Catalunya,
més enllà del 1 d’octubre …

Des del 2010 s’ha obert a Catalunya una nova etapa en el llarg camí d’afirmació de la seva realitat nacional, d’ampliació del autogovern i de noves conquestes socials i –per tant- de replanteig del encaix de Catalunya en l’ordre polític, institucional i econòmic de l’ Estat espanyol.

Cal recordar que el 28 de juny de 2010 el Tribunal Constitucional espanyol va publicar la Sentència que no sols declarava inconstitucionals 14 dels 223 articles del nou Estatut d’autonomia aprovat l’any 2005 –en temes sensibles com el finançament, les competències, la llengua, la justícia…- sinó que declarava mancades d’eficàcia jurídica les referències al reconeixement de Catalunya com a nació. Aquesta sentència, que es dictava atenent a un recurs del Partido Popular, després d’una llarga campanya agressiva arreu d’Espanya, contra el nou Estatut i genèricament “contra los catalanes”!, va ser entesa com un menyspreu no sols al Parlament de Catalunya, que l’ havia aprovat per una amplíssima majoria, sinó també contra el poble català que l’havia ratificat en el referèndum del juny del 2006. A això s’afegia el profund descontentament social per les conseqüències de la crisis econòmica –amb increment de l’atur i la precarietat laboral-, les retallades en els serveis i les prestacions socials, l’estafa de les entitats financeres emparades pels poders de l’ Estat, etc.

Des de llavors s’han succeït les manifestacions de milions de ciutadans i ciutadanes -ja el 10 de juny del 2010 i després cada 11 de setembre fins enguany- per reclamar el reconeixement de Catalunya com a subjecte polític sobirà i el dret de la ciutadania catalana a decidir sobre el seu futur social i nacional i més concretament sobre una nova relació amb l’Estat espanyol, sense excloure la independència, per mitjà d’un referèndum vinculant.

Malgrat totes les prohibicions i tots els impediments per part del govern del PP, el 9 de novembre de 2014, 2.344.828 catalans i catalanes van votar en un procés participatiu exemplar, per expressar que volien el reconeixement de Catalunya com estat i que pogués esdevenir independent. No va passar de ser una manifestació política sense precedents, pacífica, massiva,. Però sense poder vinculant..

Totes les iniciatives del Parlament de Catalunya davant el govern de Madrid o el Congrés de Diputats per obtenir el reconeixement d’aquests drets per via legal i de reforma constitucional –si calia- han xocat contra un mur d’intransigència, no sols per part del PP sinó també del PSOE i del nou partit neoliberal de “Ciudadanos“, que han fet bandera electoral d’un espanyolisme tronat i del anticatalanisme, però que no poden amagar l’esgotament del model institucional, social i econòmic de la Constitució espanyola del 1978.

Han instrumentalitzat al Tribunal Constitucional i als Jutjats per paralitzar qualsevol intent de donar una sortida legal, pacífica i consensuada a les legítimes reivindicacions del poble de Catalunya. Cal reconèixer, però, que forces polítiques progressistes com Izquierda Unida, “Podemos”, les denominades “noves esquerres perifèriques” i corrents socialistes (avui amb Pedro Sánchez), es mostren disposades a negociar acords i canvis legals i constitucionals per fer possible el “dret a decidir” i el reconeixement a Catalunya com a Nació amb blindatge de competències, de recursos, de drets i deures.

En la present legislatura catalana, una majoria parlamentària formada per la coalició –Junts pel Sí i la CUP- ha impulsat un “full de ruta” que passa per la convocatòria pel proper 1 d’octubre de 2017, d’un referèndum per decidir si es vol que Catalunya es constitueixi en una república independent, o no. Aquesta vegada el govern del PP i totes les forces polítiques del nacionalisme espanyol, s’han juramentat per impedir no sols que el referèndum pugui tenir caràcter vinculant i ser reconegut internacionalment, sinó que no es repeteixi un altre 9-N, amb urnes al carrer i una gran mobilització. Sembla que, per desgràcia, aquesta vegada el govern del PP es sortirà amb el primer objectiu –impedir que el Referèndum tingui caràcter vinculant i s’ajusti als requeriments de la comunitat internacional- però no podrà impedir que al voltant del 1 d’octubre, i abans el 11 de setembre, s’expressi una gran mobilització ciutadana refermant el dret, i la voluntat, del poble de Catalunya a decidir un futur diferent, institucional i social. Si això és així, passat el 1 d’octubre caldrà obrir una “nova etapa” i establir un nou “full de ruta”, protagonitzat per un nou catalanisme popular , de fort contingut social i ambiental, que busqui noves aliances i noves forces a Espanya per fer fora al PP del govern i fer possible el redreçament nacional i la millora social del nostre país.

Catalogne,
au-delà du 1er octobre

Depuis 2010 a commencé en Catalogne une nouvelle étape d’un long processus entrepris pour l’affirmation de sa réalité nationale, de l’élargissement de son autonomie et de la mise en place de nouvelles conquêtes sociales, donc de redéfinir l’inclusion de la Catalogne dans l’ordre politique, institutionnel et économique de l’État espagnol.

Il faut se souvenir que le 28 juin 2010 le Tribunal Constitution-nel espagnol a publié un jugement déclarant anticonstitutionnels 14 des 223 articles du nouveau Statut d’Autonomie voté en 2005 par le Parlement de Catalogne, articles portant sur des points aussi sensibles que le financement, les compétences, la langue, et la justice, mais qu’il a également déclarés comme manquant d’efficacité juridique, les points portant sur la reconnaissance de la Catalogne en tant que Nation. Cette sentence répondait à un recours du « Partido Popular », et faisait suite à une longue campagne. agressive me-née partout en Espagne, par ce parti, contre le nouveau Sta-tut, mais surtout plus généralement contre « los catalanes »! Cette attitude à été comprise comme un mépris, non seulement par le Parlement de Catalogne, qui avait approuvé le Statut d’Autonomie à une large majorité, mais surtout par le peuple catalan que l’avait ratifiée lors du référendum de juin 2006. A tout cela s’ajoutait le profond mécontentement social, du à la crise économique, avec pour conséquence l’accroissement du chômage, la précarité du travail, la réduc-tion des effectifs dans les services ainsi que la réduction des prestations sociales, sans compter la grande arnaque des Banques protégées par l’État, etc…

Depuis, se sont succédées de nombreuses manifestations pour réclamer la reconnaissance de la Catalogne en tant que sujet politique souverain, le droit de la citoyenneté catalane à décider de son futur social et national et plus concrètement la mise en place d’une nouvelle relation avec l’État espagnol, sans exclure l’indépendance au moyen d’un référendum.

Malgré toutes les interdictions et tous les empêchements de la part du gouvernement du PP, le 9 novembre 2014, 2.344.828 catalans et catalanes ont voté d’une manière exemplaire, pour exprimer qu’ils voulaient la reconnaissance de la Catalogne comme État indépendant. C’était une manifestation de masse politique, pacifique et sans précédent. Mais sans pou-voir obligatoire.

Toutes les initiatives du Parlement de Catalogne auprès du gouvernement de Madrid et du Congrès, pour obtenir la reconnaissance de ces droits par voie légale ou, si nécessaire, par une réforme de la Constitution se sont heurtées à l’intransigeance non seulement du PP, mais aussi du PSOE (Parti Socialiste) ainsi que du parti néolibéral de « Ciudadanos », partis qui ont fait de l’unionisme « espagnolisme » et de l’anti-catalanisme une forme de vitrine électorale parce qu’ils ne peu-vent cacher l’épuisement du modèle institutionnel, social et économique de la Constitution espagnole du 1978.

Ils ont instrumentalisé le Tribunal Constitutionnel et les Tribunaux de manière à paralyser n’importe quelle tentative pour trouver une sortie légale, pacifique et en phase avec les légitimes revendications du peuple catalan, par contre, quelques forces politiques progressistes comme « Izquierda Unida », « Podemos », les « Nouvelles Gauches Périphériques » et certains courants socialistes (aujourd’hui avec Pedro Sánchez), se montrent disposés à négocier des accords et des change-mentsdes accords et des changements légaux et constitutionnels pour rendre possible le « réferendum » et la reconnaissance de la Catalogne comme Nation avec de nouvelles compétences, de nouveaux recours et protections des droits et devoirs.

Dans la présente législature catalane, la majorité parlemen-taire, formée par la coalition de « Junts pel Sí » et celle de la « CUP », a lancé un « processus » qui passe par la convocation, le 1er octobre 2017, d’un référendum pour décider si la Catalogne devient une république indépendante.

Cette fois le gouvernement du PP et toutes les forces poli-tiques du nationalisme espagnol « ont fait le serment » d’empêcher, non seulement que le référendum ait lieu et que de ce fait il soit reconnu internationalement, mais également qu’un autre 9-N (référendum du 9 nov 2014.) avec des urnes dans la rue et une grande mobilisation ne puisse se répéter. Il semble cependant que cette fois le gouvernement du PP puisse arriver à ses fins en empêchant qu’un référendum officiel respectant les exigences de la communauté internationale puisse avoir officiellement lieu, mais ce que ce gouvernement ne pourra pas empêcher c’est qu’à l’occasion du 1-Oct, (date du réfé-rendum) mais aussi pour le 11 septembre (Diada), s’expriment deux grandes mobilisations citoyennes réaffirmant le droit -et la volonté- du peuple de Catalogne à s’exprimer pour un futur différent. S’il en est ainsi, après le 1er octobre nous ne pourrons pas dire que tout est perdu. Par contre il faudra com-mencer une “nouvelle étape” à partir d’une nouvelle législature catalane qui devra impulser un nouveau Catalanisme populaire, à fort contenu social et environnemental et qui devra établir un nouveau processus de recherche de nouvelles al-liances avec les forces progressistes d’Espagne capables d’expulser le PP du gouvernent et de rendre possible la re-naissance nationale de la Catalogne et l’amélioration sociale de notre pays.

Salvador Milà – ex-Conseller de Medi ambient i Habitatge (2003-2006)

Juliol / Setembre 2.017 – EL POBLET (continuació / suite) – Tony Sánchez

 

EL POBLET

(continuació)

Benvolguts tots, el primer tram del nostre repte s’ha acabat en el darrer butlletí. Recordeu que cal trobar el nom d’un poblet à la vora de la mar. Que amb les pistes donades haureu de trobar el nom del poble i de comparar la imatge del temps passat i aqueixa de avui. Si ho heu trobat espero que us fara plaer de pensar un xic en el temps passat i lo que vosaltres haveu viscut en la vostra infantesa. Si no haveu trobat vet aquí altres pistes. Sou a punt, doncs hi anem.

En aquell temps, el mes de juliol es va iniciar la carrera de cotxes d’època que sortia de Barcelona i recorria tot el llarg de la costa. Encara una altra invenció per fer venir el turisme. Ara aqueixa carrera segueix existint però no té el goig de aquell temps.

Per l’agost és la festa major que era el culmini de totes las festes. Durant quinze dies, concursos de escacs, partits de futbol, sardanes al Passeig de la Ribera, concursos de billar, balls de gala en els casinos, concurs de castells de sorra a les platges, concursos de pesca. Els concursos de pesca era lo més famós. Tots els pescadors de canya de la comarca es donaven repte. Centenars de pescadors es repartien al llarg de les costes i platges des de l’estàtua d’en Benaprés, el camp de golf fins la Bufera i mes enllà, en anant per el Viver, la Punta de les Mabres, Punta Llarga, la Punta d’en Negret. Tot això se’n encenia a la fi del mes pel pregó à la Casa de la Vila a les dotze del mig dia. Balls de Bastons, Cercolets, Pastorets, Capgrossos, Gegants -els més grans de tota Catalunya (encara avui dia)-, Castellers, Moixiganga (la sola colla avui dia a Catalunya), ball de Dimonis, Drac. Es ficava en un emborbolli de por, a recórrer els carrers del poble. Baixada pel carrer Major, Plaza del Cap de la Vila al peu del Sigle, carrer Parellades, carrer Sant Pau, Sant Pere, carrer Cubelles, etc. etc., un Castell de Focs tirat des de la Punta. La “Matinal” de l’endemà on les dones esdevenien boges, estirant les mans per fer-se oferir un ram de flors llençats per xicots vestits de vinti-un botó des de una carrossa. Seguit fins à la nit per un recorregut pel poble dels balls, al so de les gralles, que et feien esgarrifar de plaer. Una baixada dels balls per les escalinates de l’Esglèsia i un recorregut pel passeig de la ribera era la conclusió de la Festa Major.

En aquells temps encara sota la foguera de l’estiu, els forasters gaudien dels dies de l’estiu que transcorria amb el somni i la dolçor dels dies que comencen a ser més curts. Cal dir que a vora mar quan els dies comencen a ser més curts, les nits son mes llargues i quin plaer de veure la lluna quan s’aixeca sobra el mar, quina meravella dels ulls veure els raigs de lluna reflectir-se sobre les ones.

Tot això ens apropava a setembre i a l’arribada dels estrangers « estrangers rics ». És lo que se solia dir dels turistes que venien a passar las vacances el setembre. Si durant tot l’estiu el poble era un formiguer de gen de tots els països d’Europa i d’Amèrica (no cal oblidar que els americans s’estaven a Espanya). Pel setembre els francesos, alemanys i els anglesos eren les colònies mes importants que passejaven pels carrers.

Era fàcil en aquells temps d’en aprendre els idiomes sense anar a la escola “sorrei” “dankeschun” “merci mesie” etc. etc. Com setanta per cent del poble treballava en la restauració, quasi bé tothom xampurrejava els idiomes: Quin fart de riure! Dirien que és en aqueix poble que es va inventar l’esperanto.

No cal descuidar que he de donar-vos pistes per trobar el nom del poble.

Doncs com en els pobles de Catalunya hi ha la festa del Sant i de la Santa, cada un té el seu dia. La de la Santa de aquest poble té quelcom de particular. Es celebra un mes, dia per dia, després de la del Sant (no sé si es lo mateix per els altres pobles). I doncs el setembre és la celebració de santa Tecla. Tornen les petardades, balls, recorreguts de carrers, pregons, castell de focs, processons. Però en el temps m’en adono que aquest poble deu ser un poc masclista. La festa de la Santa era més petita. Els estrangers no s’en adonaven però los del poble sí.

En arribant al mitjan d’octubre era la festa de les veremes. En un carrer dit de sobrenom « el carrer de l’infern » o « el carrer de la punyalada » s’aixecava al mig del lloc una font decorativa evocant la vinya, era molt gran i d’ella rajava per dolls el vi que la gent en gots de plàstic bevien à voluntat. Quina joia pels adolescents de veure aquell terratrèmol de gent i poder anar a veure això en el carrer de « l’infern » que solament pel seu sobrenom et donava esgarrifor, de tant com els pares ens en feien por. La festa començava per un castell de focs i una fira tot el llarg del passeig, il·luminada per fanals de paper i sota les palmeres.

Si us en haveu adonat heu vist que es llançaven molts castells de focs en aquest poble, doncs no sé si és aixó que va crear competència amb altres pobles. Un any varem veure el primer concurs de focs d’artifici. Llavors sí, cada dia durant una setmana des de la Punta a partir de les deu del vespre, els tres petards anunciadors feien córrer pels carres els últims homes i dones que venien d’acabar el treball. Aleshores el cel se il·luminava de palmeres de foc, petards que baixaven amb lentitud, deixant anar un ram de colors lentament per l’espai. Altres que sorgien de la mar. El soroll dels petards es barrejava amb els oooh !!! aaah !!! i els aplaudiments de la gent. Eren sorolls de trets que donaven joia, no com els d’avui que de vegades fan plorar.

Novembre era un mes de recuperació. El poble es vestia del seu traginar normal en esperant les festes de cap d’any. Solament la castanyada de Tots Sants donava un poc d’ambient de festa.

Desembre, les festes de Nadal i Cap d’Any il·luminaven els aparadors de mil colors. El concurs de pessebres feia desplaçar-se tot el poble. Com es deia « les cases de rics » s’obrien per a fer veure el seu pessebre, orgull dels propietaris. Els més bonics eren los de les « torres » dels voltants del Vinyet. Quina imaginació per a fer marxar els reis que havien d’arribar la nit dels reis davant la cova on va néixer l’Infant.

Tot el mes de gener era consagrat als Reis i als « Pastorets ». Era una comèdia que es representava al Patronat, al Retiro i al Prado.

« Els Pastorets » és una funció satírica en la que els Pastorets, Déu, la Mare de Déu , els Angelets, els Dimonis, en Lucifer i tots els entorns de la cosa Sagrada feia plorar de riure.

No heu trobat encara el nom del poblet?
          El teniu aquí :
                        SITGES

(suite)

Bien chers tous et toutes, la première partie de notre pari s’est terminée dans le dernier bulletin. Rappelez-vous, il faut trouver le nom d’un village du bord de mer au moyen de descriptions et indices don-nés. Vous devrez trouver le nom du village et comparer l’image du temps passé à celle de nos jours. Si vous avez trouve j’espère que vous aurez du plaisir à penser un peu au temps passe et à ce que vous avez vécu dans votre enfance. Si vous n’avez pas trouve voici de nou-velles pistes. Vous êtes prêts ? Donc on y va.

A cette époque, c’était en juillet, nous avons créée une course de vieux tacots qui partait de Barcelone et parcourait tout la cote. Voila encore une nouvelle invention pour faire du tourisme. De nos jours cette course existe toujours mais elle a perdu un peu de sa splendeur d’antan.

Le mois d’aout c’est la fête patronale du village qui était le point culminant de toutes les fêtes. Durant quinze jours se succédaient des concours d’échecs, matchs de football, sardanes sur la promenade de le rivière. Concours de billard, bals de gala aux casinos concours de châteaux de sable sur les plages, concours de pêche à la ligne. Le concours de pêche c’était le plus fabuleux. Tout ce que la région possédait de pêcheurs à la ligne se donnaient en défi d’être le meilleur. De centaines de pêcheurs se dépliaient tout le long des cotes et plages depuis la Estatue d’en Benapres’ et terrain de golf jusqu’a la « Bou-fere » et bien plus loin en passant par le Vivier, la Pointe des Mabres, la pointe Longue, la pointe d’en Negret. Tout cela s’enflammait vers la fin du mois au pregon à la Mairie et à midi. Danses des bâtons, des cerceaux, les bergers, les grosses têtes, les géants les plus grands de Catalogne (encore de nos jours) les Castellers (tours humaines), Mutxigangue (seule troupe de nos jours en Catalogne), les troupes de démons, Drac. Ce jour d’ouverture des festivités il se faisait un tumulte d’enfer. Le cortège parcourait les rues du village. Il descendait par la rue Majeure vers la place du centre ville, au pied du lieu dit le Siecle, ensuite rue Parelledes,rue Saint Paul, Saint pierre, rue de Cu-belles etc. etc. Un feu d’artifice était tire du lieu dit la Punte. Le len-demain matin le pregon du matin avait lieu vers cinq heures c’était le défilé dit de la Matinal. Les femmes et jeunes filles devenaient folles en étirant les bras pour cueillir un bouquet de fleurs donnés par de messieurs et jeunes hommes en habit de soirée et tires à quatre épingles et juchés sur un carrosse tiré par des chevaux noirs. Le défilé se poursuivait ainsi au son des gralles et jusqu’à la nuit profonde c’était à te faire mourir de plaisir. Une descente des groupes folkloriques par les escaliers de l’église et un parcours sur la promenade de le rivière concluait la fête patronale.

En ces temps encore sous le feu de l’été les étrangers profitaient des journées d’été qui passaient avec les rêves et de la douceur des jours qui commencent à raccourcir. Il faut dire qu’au bord de mer quand les jours commencent à raccourcir et les nuits sont plus longues quel plaisir de voir la lune se lever sur la mer, quelle merveille des yeux de voir un rayon de lune se réfléchissant sur les vagues.

Tout cela nous rapprochait de septembre et à l’arrivée des étrangers « étrangers riches » c’est ce que l’on disait des touristes qui venaient passer les vacances en cette période du mois de septembre Si durant tout l’été le village était une fourmilière de gens venus de toute Europe et d’Amérique (il ne faut pas oublier que les américains étaient en Espagne). En septembre les français, allemands et anglais étaient les colonies les plus importantes qui promenaient dans les rues.

Il était facile en ces temps la d’apprendre les langues sans aller a l’école « sorrei » « dankeschun » « merci mesie » etc. etc. Comme soixante dix pour cent de la population travaillait dans la restaura-tion et les services au client donc tout le monde baragouinait les langues étrangères. Quelle rigolade. On aurait dit que c’est dans ce village que l’on avait inventé l’Esperanto.

Il ne faut pas oublier que je dois vous donner des pistes pour trou-ver le nom du village.

Donc comme dans les villages de Catalogne il y a la fête du saint patron chacun se célébrant à une date différente. Celle de la sainte patronne de ce village revêt un caractère particulier. Elle se célèbre un mois jour pour jour après celle du saint patron (je ne sais pas s’il en est de même pour les autres villages) donc le 24 septembre on fête la sainte Thècle. A nouveau des pétarades, danses, défiles de rue, aubades, feux d’artifice, processions. Mais avec le temps je me rends compte que ce village devait être un peu machiste, la fête de la sainte patronne est moins fastueuse. Les étrangers ne s’en avisaient pas mais les villageois oui.

En arrivant à mi-octobre c’était la fête des vendanges. Dans une rue surnommée « la rue de l’enfer » ou « la rue de coup de poignard » se hissait au milieu de le place une fontaine décorative qui évoquait la vigne d’où versait du vin par barriques, elle était assez grande, les gens avec de gobelets en plastique buvaient à volonté. Quelle joie pour les adolescents de voir ce tremblement de terre provoqué par tant de monde et pouvoir y participer dans cette rue de « l’enfer », qui par son seul surnom nous faisait peur. La fête commençait par un feu d’artifice et tout le long de la promenade du bord de mer une foire illuminée de lanternes de papier.

Si vous avez bien suivi, dans ce village il se tirait beaucoup de feux d’artifice : Je ne sais pas si c’est ça qui créa une concurrence entre les autres villages? Une année on a vu le premier concours des arti-ficiers. Alors chaque jour durant une semaine depuis la pointe « la punta » à partir de dix heures du soir et les trois coups de canon annonciateurs ça faisait courir les derniers ouvriers qui terminaient leur journée de travail. Alors le ciel s’illuminait de palmiers de feu, des pétards qui descendaient avec lenteur et qui laissaient par mo-ments un bouquet de couleurs, d’autres sortaient de la mer, le bruit des pétards se mélangeait avec les hooo !!! haaa !!!Les tapes de main des spectateurs. C’étaient des tirs qui donnaient de la joie pas comme ceux d’aujourd’hui qui parfois font pleurer.

Novembre c’était un mois de récupération, le village reprenait son rythme normal en attendant les fêtes de fin d’année. Seulement la « castagnada » de la toussaint donnait un peu d’ambiance de fête.

Décembre les fêtes de Noel et de fin d’année illuminaient les devan-tures des commerces de mille couleurs, le concours de crèches fai-sait déplacer tout le village comme on disait « les maisons de riches » s’ouvraient pour faire voir leur crèche, orgueil des propriétaires. Les plus belles crèches étaient celles des maisons bourgeoises « torre » autour du lieu dit el Vinyet. Quelle imagination pour faire marcher les Rois qui devaient arriver la nuit des Rois devant l’étable où naquit l’enfant Jésus.

Tout le mois de janvier était consacré à la fête des rois et aux « Pastorets ».

Les Pastorets était une pantomime qui se jouait au Patronage, Le Retiro et au Prado.
« Els Pastorets » c’était une pantomime satirique ou les Pastorets, Dieu, les Démons, Lucifer et tout ce qui entoure la chose sacrée te faisait mourir de rire.

Si le nom de village vous ne l’avez pas encore trouvé. Vous le trouverez ici dessous :
                        SITGES

Tony SANCHEZ        Allauch 06/06/2017

Abril / Juny 2.017 – PORTADA

Abril Maig Juny 2.017

Voltaire écrivait en 1751 : « La Catalogne est un des pays les plus fertiles de la terre… Elle produit tout ce qui est nécessaire aux besoins de l’homme, et qui peut flatter ses désirs… La Catalogne peut se passer de l’univers entier, mais ses voisins ne peuvent se passer d’elle ».
Qu’en est-il aujourd’hui ?   (Cap Catalogne)

EDITORIAL

Malgré toutes nos difficultés, de nombreuses activités ont émaillé notre année 2016-2017 : rencontres, castagnade, repas, exposition et spectacle, Sant Jordi, et nos cours de catalan qui fédèrent chaque semaine plus de 12 personnes autour de notre enseignant. Continuons, nous comptons tous sur votre participation pour la rentrée. Octobre sera chaud ! A vos agendas.

Bonnes vacances

EDITORIAL

Malgrat totes les dificultats, un gran nombre d’activitats han omplert el nostre any 2016-2017 : trobades, àpats, exposició i espectacle, castanyada, Sant Jordi i els nostres cursos de català que reuneixen cada setmana més de 12 persones al voltant del nostre ensenyant. Continuem endavant, comptem tots amb la vostra participació per la rentrée. Octubre serà un mes ben mogut ! Tingueu les agendes a punt.

Bones vacances!

            EL COS

Els ulls són per mirar,
les mans per agafar.
El cap és per pensar
i el cor per estimar.

Els dits son per tocar
i els peus per caminar.
El nas per olorar;
la boca per parlar.

La llengua, per tastar,
les dents per mastegar.
Les orelles per sentir
T’ho torno a repetir ?

                  Joan Amades

 
Qui no llaura a l’hivern a l’estiu se’n ressent
 
M A R S E L L A

 
10 septembre: Vivacité.
11 septembre: Diada Nacional de Catalunya Maison des Associations.
23 septembre: Repas de rentrée.
1er Octobre: Le forum des langues, La Canebière : représentation de la langue catalane.
14 octobre: Semaine « Autour de la musique » avec la participation de la cobla Mil·lenarià, cobla officielle de la ville de Perpignan.
5 ou 12 novembre: La Castagnade
Décembre: Organisation d’un voyage en Catalogne du Nord: date à déterminer

SUMARI

Vida del Cercle.

Kilian Jornet le catalan, légende de l’alpi-trail.
El català Kilian Jornet, llegenda del trail alpí.

Voyage photographique pour les 60 ans du «Gran desfile del fuego» – Granollers 1957.
Viatge fotogràfic als 60 anys del «Gran desfile del fuego» – Granollers, 1957.
Gemma Aguilera

Estudi del professor universitari Jérôme Coll sobre els turistes sud-catalans a Catalunya Nord.
L’universitaire Jérôme Coll s’est penché sur la “masse de touristes” sud-catalans qui passent en Catalogne du Nord.
Article de “LA CLAU”

Dia de la Memòria a Elna: remembrança de la massacre del 25 de maig de 1285
Souvenir du massacre du 25 mai 1285.
Daniela Grau

Abril / Juny 2.017 – Vida del Cercle

 

VIDA DEL CERCLE

Cette année nous avons fêté la SanT Jordi la semaine du 25 au 29 avril. Comme chaque année nous avons été accueillis par la librairie La Touriale.
 
                     
 
Enguany hem celebrat la diada de Sant Jordi durant la setmana del 25 al 29 d’abril. Com cada any, la llibreria La Touriale ens ha obert les seves portes.


Roger notre professeur va nous quitter et repartir vers sa chère Catalogne. Nos cours de catalan se sont tenus dans la bonne humeur tout au long de ces deux dernières années. Francesc nous avait donné le goût de cette langue et de son histoire durant de nombreuses années. Avec de nouvelles idées, Roger est arrivé à nous faire parler, chanter, écrire des poèmes, inventer des histoires et même composer un petit livre qui raconte nos histoires respectives et notre relation avec la langue catalane. Nous sommes devenus les meilleurs élèves, c’est Roger qui nous l’a dit! Merci Roger.

En Roger, el nostre professor, ens deixa per tornar a la seva estimada Catalunya. Els nostres cursos de català s’han desenvolupat al llarg d’aquests darrers dos anys en un ambient sostingut de bon humor. En Francesc ens havia transmès el gust per aquesta llengua i la seva història durant molt de temps. Animat d’idees noves, el Roger ha arribat per fer-nos parlar, cantar, escriure poemes, inventar històries i fins i tot compondre un petit llibre que explica les nostres respectives històries i la nostra relació amb la llengua catalana. I nosaltres, a poc a poc, ens hem convertit en els seus millors alumnes, segons les paraules del mateix Roger! Gràcies, Roger.

Le repas d’au revoir au Pharo


Notre sortie vers la côte Bleue a été réussie. Deux groupes ont marché quelques heures sous le soleil de ce mois de mai avec Bertrand et Martine.

Ce moment convivial nous a permis de nous rencontrer , de dis-cuter et de goûter aux petits secrets culinaires de certains.

Nous recommencerons en 2018 et peut être même en automne!

La nostra sortida vers la Costa Blava ha anat d’allò més bé. Dos grups han caminat durant algunes hores sota el sol de maig amb en Bertrand i la Martine.

Aquest moment cordial ens ha permès de fer compartir un dia plegats, de conversar i de tastar els secrets culinaris d’alguns participants. Hi tornarem el 2018 i potser també abans, a la tardor !

Abril / Juny 2.017 – Kilian Jornet le catalan, légende de l’alpi-trail / El català Kilian Jornet, llegenda del trail alpí

 


Kilian Jornet le catalan, légende de l’alpi-trail

Dimanche 28 mai 2017, a atteint le sommet de l’Everest sans oxygéne pour la deuxiéme fois, en dix-sept heures, contre vingt-six lors de sa première ascension.

« Je suis tellement heureux d’avoir atteint le sommet à nouveau ! Aujourd’hui je me sens bien, même si c’était vraiment venteux et que j’avais du mal à avancer vite », a nuancé le grimpeur catalan. Avant de se satisfaire de sa performance : « Monter deux fois l’Everest sans oxygène en une semaine ouvre un nouveau champ de possibilités en alpinisme. »

Comme six jours plus tôt, Kilian Jornet, régulièrement baptisé « l’ultra-terrestre », a choisi de n’utiliser ni oxygène ni corde fixe. Il a quitté le camp de base avancé, situé à 6 500 mètres d’altitude, le 27 mai à 21 heures, heure locale. Il y est revenu seulement vingt-neuf heures et trente minutes plus tard. Les alpinistes acclimatés mettent normale-ment au moins trois jours pour accomplir le trajet par cette voie, la face nord, par le Tibet.

«Aventurier de l’année»
Avec ce double exploit, le Catalan achève en beauté ainsi son projet Summits of my Life, qui lui a permis d’affoler les chrono-mètres sur les points culminants de chaque continent (monts Cervin, McKinley, Aconcagua, Kilimandjaro, etc.). En 2014, son expérience ex-trême lui avait valu le titre d’«Aventurier de l’année» décerné par le magazine américain National Geographic.

El català Kilian Jornet, llegenda del trail alpí

El diumenge 28 de maig de 2017, Kilian Jornet ha fet cim a l’Everest per segona vegada, sense oxigen i amb un temps de disset hores, superant així les vint-i-sis hores de la primera ascensió.

«Estic tan content d’haver tornat a fer cim! Avui em trobo bé, encara que hi havia realment molt de vent i que em costava avançar de pressa”, ha matisat el muntanyista català, abans d’expressar la seva satisfacció per la gesta acomplida: “Pujar dues vegades a l’Everest sense oxigen en una mateixa setmana obre un nou camp de possibilitats per a l’alpinisme”.

Com sis dies abans, Kilian Jornet, sovint batejat com “l’ultra-terrestre”, ha decidit no utilitzar ni oxigen ni corda fixa. Ha sortir del camp base avançat, situat a 6.500 metres d’altitud, el 27 de maig a les nou del vespre, hora local. La seva tornada al camp s’ha produït només vint-i-nou hores i trenta minuts més tard. Els alpinistes aclimatats triguen normalment com a mínim tres dies a acomplir el trajecte per aquesta via, la cara nord, al Tibet.

“Aventurer de l’any”
Amb aquesta doble gesta, l’esportista català corona amb èxit el seu projecte Summits of my life, que li ha permès de destrossar els cronòmetres en els cims més alts de cada continent (el Cerví, McKinley, Aconcagua, Kilimandjaro, etc.). El 2014, les seves experiències extremes li havien valgut el títol d’”aventurer de l’any”, concedit per la revista americana National Geographic.

Abril / Juny 2.017 – Voyage photographique pour les 60 ans du «Grand desfile del fuego» Granollers 1957 / Viatge fotogràfic als 60 anys del «Gran desfile del fuego» Granollers, 1957 – Gemma Aguilera

 

Voyage Photographique pour les 60 ans du «Grand défilé du feu»
Granollers 1957.

La ville accueillait la Foire ainsi que le fêtes de l’Ascension, une grande fête qui jusqu’alors rassemblait des activités qui allaient de l’industrie au folklore, mais cette année là, ré-pétant le modèle testé en 1956 il y eut deux défilés, celui du jeudi comme le veut la tradition et un autre complètement hors normes de «gros bétail» le vendredi. Il fut consacré à un thème concret «Le grand défilé du feu» auquel participaient la majorité des «Grups de foc» qui existaient alors dans le pays. Pour certains il aurait été jusqu’alors impensable de les voir en dehors de leur contexte local, comme par exemple les participants de La Patum de Berga.

Les démarches que le juge de Granollers Ramón Felipó fit, permirent que les participants de la Guita, Maces et Plens de la Patum soient présents au défilé. Ce fait motiva la présence de la majorité des «grups de foc» du pays.

Ce défilé marqua un avant et un après dans les fêtes de l’Ascension de cette ville et c’est pour cette raison que l’association de culture populaire «L’olla dels pobres» avec le support du «Centre de Culture Popular i Tradicional La Troca» et de la Mairie de Granollers ont organisé l’exposition photographique rassemblant de nombreuses images inédites de cet évènement. L’exposition pourra se visiter jusqu’au 17 juin à La Troca de 17 à 21 heure.

Alfons Senyé, coordinateur de La Troca. Centre de Cultura Popular i Tradicional Roca Umbert, «Fàbrica dels Arts», explique à «TORNAVEU» que les photographies exposées proviennent de trois archives : Fons Branguli (photographe), Archives Nationales de Catalogne et Fons Arxiu Municipal Ajuntament de Granollers et J. Mas, Archives famille Mas Codina. En même temps il rappelle qu’avant de monter l’exposition nous ne disposions aux archives de la ville que de cinq photos de ce défilé, mais durant cette dernière année en recherchant et en demandant nous avons rencontré Montserrat Mas de Granollers qui avait dans ses archives familiales huit photos couleur et plus tard nous en avons trouvées vingt et une autres en noir et blanc, aux Archives Nationales de Catalogne. Avec tout ce matériel à notre disposition et en voyant que 2017 serait le 60ème anniversaire de cette mani-festation de 1957, nous n’avons eu plus aucun doute sur le fait qu’il fallait l’exposer.

Senyé insista auprès de TORNAVEU en faisant remarquer qu’il y avait beaucoup d’enthousiasme concernant cette exposition, pour la bonne raison qu’à ce «Desfile del fuego» 1957, y avaient assisté une grande majorité des «Grups de Foc» de Catalogne actifs à ce moment mais également la possibilité de pouvoir voir les participants de «La Patum» de Berga, «La Guita Grossa», les «Maces» et les «Plens». Plus tard au cours d’un conseil la mairie de Berga décidera que «La Patum» ne défilerait plus en dehors de la ville.

Viatge fotogràfics als 60 anys del «Gran desfile del fuego»
Granollers, 1957.

La ciutat acollia la Fira i Festes de l’Ascensió, una gran festa que fins aleshores aplegava elements que procedien des de la indústria fins al folklore, però aquell any, copiant el model assajat el 1956, es van fer dues desfilades, la de dijous mantenint la tradició, i una altra, totalment desvinculada del bestiar, divendres. Es va dedicar a un tema concret, ‘El gran desfile del fuego’, amb la participació de la majoria de grups de foc existents ales-hores al país, alguns dels quals era fins aleshores impensable veure’ls fora del seu context, com les comparses de la Patum de Berga.

Les gestions del jutge de Granollers Ramón Felipó va fer possible que les comparses de la Guita, Maces i Plens de la Patum fossin presents a la desfilada. Aquest fet va motivar la presència de la majoria de grups de foc del país.

Aquella desfilada va marcar un abans i un després en les festes de l’Ascensió d’aquesta ciutat, i és per això que l’associació de cultura popular l’olla dels Pobres, amb el suport el Centre de Cultura Popular i Tradicional La Troca i l’Ajuntament de Granollers, ha organitzat l’exposició fotogràfica amb imatges inèdites d’aquell esdeveniment, que es pot visitar fins el 17 de juny a La Troca, de 17h a 21h.

Alfons Senyé, coordinador de la Troca. Centre de Cultura Popular i Tradicional. Roca Umbert. Fàbrica de les Arts, explica a Tornaveu que les fotografies exposades provenen de tres arxius diferents: Fons Brangulí (Fotògrafs), de Arxiu Nacional de Catalunya, el Fons Arxiu Municipal Ajuntament de Granollers, i J. Mas. Arxiu família Mas-Codina, alhora que recorda que abans de muntar l’exposició, “disposàvem de 5 fotografies d’aquella desfilada que es trobaven a l’arxiu de la ciutat, i en l’últim any, buscant i preguntant vam trobar la Montserrat Mas de Granollers, que en el arxiu familiar en tenia unes 8 fotos més i en color. I més tard, de l’Arxiu Nacional de Catalunya em vam trobar 21 més en blanc i negre. Amb tot aquest material, i veient que el 2017 era el 60è aniversari, no vam dubtar que havíem d’exposar-les”.

Senyé remarca a Tornaveu que hi ha molta il·lusió en aquesta exposició, “perquè en aquest ‘Desfile del fuego’ van assistir-hi la majoria de grups de foc que hi havia a Catalunya en aquell temps, i també el fet de poder veure comparses de la Patum de Berga, la guita grossa, les maces i els plens, abans què, més tard, el ple de l’ajuntament de Berga decidís que la Patum no sortiria de la població”.

 

NOTE: Il faut remarquer qu’en dépit d’être une concentration d’éléments traditionnels catalans, le nom qui nous est arrivé “El gran desfile del fuego” est en espagnol parce que, à ce temps là, l’usage public de la langue catalane etait interdit en Catalogne.

Gemma Aguilera
Periodista Equip de redacció Ens de l’Associacionisme Cultural Català
Source: TORNAVEU Associacionisme i Cultura.

Abril / Juny 2.017 – Estudi del professor universitari Jérôme Coll sobre els turistes sud-catalans a Catalunya Nord / L’universitaire Jérôme Coll s’est penché sur la “masse de touristes” sud-catalans qui passent en Catalogne du Nord – Article de “LA CLAU”

 

El professor d’universitat Jérôme Coll s’ha interessat per la “massa de turistes” sud-catalans que passen per la Catalunya del Nord i n’ha
extret una sèrie de dades i de
comentaris, presentada a Perpinyà.

El turista sud-català és generalment barceloní, culte i econòmicament afavorit. S’està tres dies com a màxim a la Catalunya del Nord, es burla de la platja, i trastorna la lògica dominant, fonamentada en un turisme per a gent del Nord, francesa i amant del sol.

Per primera vegada s’acaba de comunicar un verdader estudi de les clienteles turístiques sud-catalanes presents a la Catalunya del Nord. Divendres 26 novembre, el doctor en ciències socials Jérôme Coll va presentar a Perpinyà un perfil del consumidor del Sud, en un document que recupera dades del Comitè Departamental del Turisme (CDT) nord-català, produïdes entre el 2005 i el 2007, als quals s’afegeixen dades produïdes pel mateix universitari el 2007- 2008, amb 611 persones. Coll esmenta a l’inici del document un “turisme ric i en expansió”, representat bàsicament per habitants de Barcelona i rodalies, força més que de les regions de Girona, Lleida i Tarragona. Segons una sèrie estadística de 2007, el turista sud-català de pas per Perpinyà, Cotlliure o Ceret, esmerça 76,4 euros cada dia, netre la mitjana gasta 56,1 euros. Sensible a un sentiment de comunitat cultural, aquest consumidor, més aviat de nivell social alt, té una activitat professional no manual, fa una estada màxima de tres dies, privilegia els hotels en un 80% i ignora el càmping i els mercats, en benefici dels llocs culturals i dels hipermercats.

Jérôme Coll, etnòleg i antropòleg, però no economista, que ha lliurat aqueixes xifres i anàlisis a la Casa de la Generalitat de Catalunya, considera que els turistes al·ludits “vénen a descobrir una altra Catalunya” i permeten esglaonar el turisme tot l’any. En efecte, els visitants de Vilafranca de Conflent són sud-catalans en un 80% “de novembre a març”, però són literalment absents del voramar sense patrimoni, com a Sant Cebrià, el Barcarès i Canet. Aquest públic, atret per Cotlliure i escassament inclòs en les estratègies turístiques, es desinteressa de l’argument del sol, que ja té a casa. Aquest volum de consumidors de la Catalunya del Sud, que totalitza 7,5 milions d’habitants, entre els quals 3,7 milions d’habitants a l’àrea metropolitana de Barcelona, forma una clientela de proximitat, que contradiu els antics esquemes turístics procedents de la Missió Racine, impulsada per l’Estat el 1963. En aquest sentit, Coll, que evoca una “clientela exigent”, insinua un enfocament turístic incomplet, únicament orientat cap a França, en un esquema mental preeuropeu. A tall d’exemple, l’alta presència de palmeres al Rosselló desorienta els clients del Sud, que es troben, pujant cap al Nord, un paisatge més sudista que el seu. La confrontació resulta evident entre una lògica fonamentada en un decorat sudista, condicionat per a visitants comuns, l’altra inspirada en una autenticitat patrimonial catalana.

A la Catalunya del Nord, la pertinença al conjunt català sembla acabar sent un inconvenient en la conquesta dels mercats turístics de proximitat, al Sud. Des de 2007, els circuits càtars es promouen cada hivern al centre de Barcelona, segons una idea del Consell General del departament de l’Auda i la reserva africana de Sigean surt en cartells des de fa 20 anys a la sortida de la capital. Coll subratlla “Aquí, a Perpinyà, aquesta idea no existeix, ja que pensem que és evident”. Afegeix “als turistes sud-catalans els agradaria més presència del català a la senyalització viària i a les zones turístiques”, abans de destacar “Però la majoria dels actors culturals no fan l’esforç de preveure senyalització en català”. En un context de necessitat econòmica reforçat per la crisi, la inclusió d’una llengua suplementària als llocs turístics nord-catalans seria una mera adaptació al mercat, que s’imposaria en xinès si el territori fos veí de la Xina. Aquesta indiferència turística envers 7,5 milions de sud-Catalans, que van consumir 25 milions de viatges el 2007, la majoria a l’estranger, hauria de desaparèixer en el pròxim decenni. Ara per ara, la pertinença identitària de la Catalunya Nord, evidenciada per milers de banderes catalanes, és el millor enemic de l’economia turística global de Perpinyà i comarques.

 
Source : Article paru dans “LA CLAU”

L’universitaire Jérôme Coll s’est penché sur la “masse de touristes” sud-catalans qui passent en Catalogne du Nord et en a tiré une série de chiffres et de commentaires,
présentés à Perpignan.

Le touriste sud-catalan est généralement barcelonais, aisé et cultivé. Il reste 3 jours au maximum dans les Pyrénées-Orientales et se moque de la plage. Surtout, il bouleverse la logique dominante, qui consiste à promouvoir un tourisme pour gens du Nord, français et avides de soleil.

Pour la première fois, une véritable étude des clientèles touristiques sud-catalanes présentes dans les Pyrénées-Orientales est révélée. Vendredi 26 novembre, le docteur en sciences sociales Jérôme Coll présentait à Perpignan un profil du consommateur du Sud, sur un document qui reprend des chiffres du Comité Départemental du Tourisme (CDT) des Pyrénées-Orientales, calculés sur la période 2005-2007, auxquels s’ajoutent des données produites par l’universitaire en 2007-2008 auprès de 611 personnes. M. Coll évoque d’emblée un “tourisme riche et en expansion”, représenté essentiellement par des habitants de Barcelone et de sa région proche, bien plus que des régions de Girona, Lleida et Tarragona. Selon une série statistique de 2007, le touriste sud-catalan de passage à Perpignan, Collioure ou Céret, dépense 76,4 euros par jour, contre 56,1 euros en moyenne. Sensible à un sentiment de communauté culturelle, ce consommateur plutôt aisé exerce un métier non manuel et s’offre des séjours de trois jours au maximum, privilégie l’hôtel à 80% et ignore le camping et les marchés, au profit des lieux culturels et des hypermarchés.

Jérôme Coll, ethnologue et anthropologue, mais non économiste, qui livrait ses chiffres et analyses dans les bureaux du gouvernement catalan à Perpignan, la Casa de la Generalitat de Catalunya, juge que les touristes visés “viennent découvrir une autre Catalogne” et permettent “d’échelonner le tourisme à l’année”. En effet, les visiteurs de Villefranche-de-Conflent sont à 80% sud-catalans “de novembre à mars”, mais sont littéralement absent des bords de mer sans patrimoine, comme Saint-Cyprien, le Barcarès et Canet. Attiré par Collioure, ce public, rarement ciblé par les acteurs du tourisme, se désintéresse de l’argument du soleil, dont il dispose déjà à domicile. Cette manne touristique issue de la Catalogne du Sud, dont les 7,5 millions d’habitants, mais surtout les 3,7 millions d’habitants du Grand Barcelone, constituent une clientèle de proximité, bouscule ainsi les anciens schémas touristiques guidés par la Mission Racine, lancée par l’Etat en 1963. A ce titre, M. Coll, qui évoque une “clientèle exigeante”, interpelle sur une approche touristique incomplète, uniquement orientée vers la France, selon un schéma mental pré-européen. A titre d’exemple, la forte présence de palmiers en Roussillon déboussole les clients du Sud, qui rencontrent, en remontant vers le Nord, un paysage plus sudiste que le leur. La confrontation devient évidente entre une logique de décor sudiste, aménagé pour des visiteurs communs, l’autre inspirée par une authenticité patrimoniale catalane.

Dans les Pyrénées-Orientales, l’appartenance à l’ensemble catalan semble être au final un inconvénient dans la conquête des marchés touristiques de proximité, au Sud. Depuis 2007, les circuits cathares font leur promotion, tous les hivers dans le centre de Barcelone, sur une idée du Conseil Général de l’Aude, tandis que la réserve africaine de Sigean s’affiche depuis plus de 20 ans à la sortie de la capitale catalane. M. Coll souligne “Ici, à Perpignan, cette idée n’existe pas, car nous pensons que c’est évident”. Avant de poursuivre “les touristes sud-catalans souhaiteraient une présence plus forte du catalan sur la signalisation routière et dans les sites touristiques”. Et d’ajouter “Mais la plupart des acteurs culturels ne font pas l’effort de prévoir une signalétique en catalan”. Dans un contexte de nécessité économique renforcé par la crise, l’inclusion d’une langue supplémentaire sur les lieux touristiques des Pyrénées-Orientales appartiendrait à une simple adaptation au marché, tout comme s’imposerait le chinois si le territoire était voisin de la Chine. Cette indifférence touristique envers 7,5 millions de sud-Catalans, qui ont consommé de 25 millions de voyages en 2007, dont la plupart à l’étranger, est invitée à disparaître dans la prochaine décennie. Dans l’immédiat, l’appartenance identitaire des Pyrénées-Orientales, affichée par des milliers de drapeaux catalans, devient le meilleur ennemi de l’économie touristique globale du Roussillon et de ses régions.