Juliol / Setembre 2.017 – EL POBLET (continuació / suite) – Tony Sánchez

 

EL POBLET

(continuació)

Benvolguts tots, el primer tram del nostre repte s’ha acabat en el darrer butlletí. Recordeu que cal trobar el nom d’un poblet à la vora de la mar. Que amb les pistes donades haureu de trobar el nom del poble i de comparar la imatge del temps passat i aqueixa de avui. Si ho heu trobat espero que us fara plaer de pensar un xic en el temps passat i lo que vosaltres haveu viscut en la vostra infantesa. Si no haveu trobat vet aquí altres pistes. Sou a punt, doncs hi anem.

En aquell temps, el mes de juliol es va iniciar la carrera de cotxes d’època que sortia de Barcelona i recorria tot el llarg de la costa. Encara una altra invenció per fer venir el turisme. Ara aqueixa carrera segueix existint però no té el goig de aquell temps.

Per l’agost és la festa major que era el culmini de totes las festes. Durant quinze dies, concursos de escacs, partits de futbol, sardanes al Passeig de la Ribera, concursos de billar, balls de gala en els casinos, concurs de castells de sorra a les platges, concursos de pesca. Els concursos de pesca era lo més famós. Tots els pescadors de canya de la comarca es donaven repte. Centenars de pescadors es repartien al llarg de les costes i platges des de l’estàtua d’en Benaprés, el camp de golf fins la Bufera i mes enllà, en anant per el Viver, la Punta de les Mabres, Punta Llarga, la Punta d’en Negret. Tot això se’n encenia a la fi del mes pel pregó à la Casa de la Vila a les dotze del mig dia. Balls de Bastons, Cercolets, Pastorets, Capgrossos, Gegants -els més grans de tota Catalunya (encara avui dia)-, Castellers, Moixiganga (la sola colla avui dia a Catalunya), ball de Dimonis, Drac. Es ficava en un emborbolli de por, a recórrer els carrers del poble. Baixada pel carrer Major, Plaza del Cap de la Vila al peu del Sigle, carrer Parellades, carrer Sant Pau, Sant Pere, carrer Cubelles, etc. etc., un Castell de Focs tirat des de la Punta. La “Matinal” de l’endemà on les dones esdevenien boges, estirant les mans per fer-se oferir un ram de flors llençats per xicots vestits de vinti-un botó des de una carrossa. Seguit fins à la nit per un recorregut pel poble dels balls, al so de les gralles, que et feien esgarrifar de plaer. Una baixada dels balls per les escalinates de l’Esglèsia i un recorregut pel passeig de la ribera era la conclusió de la Festa Major.

En aquells temps encara sota la foguera de l’estiu, els forasters gaudien dels dies de l’estiu que transcorria amb el somni i la dolçor dels dies que comencen a ser més curts. Cal dir que a vora mar quan els dies comencen a ser més curts, les nits son mes llargues i quin plaer de veure la lluna quan s’aixeca sobra el mar, quina meravella dels ulls veure els raigs de lluna reflectir-se sobre les ones.

Tot això ens apropava a setembre i a l’arribada dels estrangers « estrangers rics ». És lo que se solia dir dels turistes que venien a passar las vacances el setembre. Si durant tot l’estiu el poble era un formiguer de gen de tots els països d’Europa i d’Amèrica (no cal oblidar que els americans s’estaven a Espanya). Pel setembre els francesos, alemanys i els anglesos eren les colònies mes importants que passejaven pels carrers.

Era fàcil en aquells temps d’en aprendre els idiomes sense anar a la escola “sorrei” “dankeschun” “merci mesie” etc. etc. Com setanta per cent del poble treballava en la restauració, quasi bé tothom xampurrejava els idiomes: Quin fart de riure! Dirien que és en aqueix poble que es va inventar l’esperanto.

No cal descuidar que he de donar-vos pistes per trobar el nom del poble.

Doncs com en els pobles de Catalunya hi ha la festa del Sant i de la Santa, cada un té el seu dia. La de la Santa de aquest poble té quelcom de particular. Es celebra un mes, dia per dia, després de la del Sant (no sé si es lo mateix per els altres pobles). I doncs el setembre és la celebració de santa Tecla. Tornen les petardades, balls, recorreguts de carrers, pregons, castell de focs, processons. Però en el temps m’en adono que aquest poble deu ser un poc masclista. La festa de la Santa era més petita. Els estrangers no s’en adonaven però los del poble sí.

En arribant al mitjan d’octubre era la festa de les veremes. En un carrer dit de sobrenom « el carrer de l’infern » o « el carrer de la punyalada » s’aixecava al mig del lloc una font decorativa evocant la vinya, era molt gran i d’ella rajava per dolls el vi que la gent en gots de plàstic bevien à voluntat. Quina joia pels adolescents de veure aquell terratrèmol de gent i poder anar a veure això en el carrer de « l’infern » que solament pel seu sobrenom et donava esgarrifor, de tant com els pares ens en feien por. La festa començava per un castell de focs i una fira tot el llarg del passeig, il·luminada per fanals de paper i sota les palmeres.

Si us en haveu adonat heu vist que es llançaven molts castells de focs en aquest poble, doncs no sé si és aixó que va crear competència amb altres pobles. Un any varem veure el primer concurs de focs d’artifici. Llavors sí, cada dia durant una setmana des de la Punta a partir de les deu del vespre, els tres petards anunciadors feien córrer pels carres els últims homes i dones que venien d’acabar el treball. Aleshores el cel se il·luminava de palmeres de foc, petards que baixaven amb lentitud, deixant anar un ram de colors lentament per l’espai. Altres que sorgien de la mar. El soroll dels petards es barrejava amb els oooh !!! aaah !!! i els aplaudiments de la gent. Eren sorolls de trets que donaven joia, no com els d’avui que de vegades fan plorar.

Novembre era un mes de recuperació. El poble es vestia del seu traginar normal en esperant les festes de cap d’any. Solament la castanyada de Tots Sants donava un poc d’ambient de festa.

Desembre, les festes de Nadal i Cap d’Any il·luminaven els aparadors de mil colors. El concurs de pessebres feia desplaçar-se tot el poble. Com es deia « les cases de rics » s’obrien per a fer veure el seu pessebre, orgull dels propietaris. Els més bonics eren los de les « torres » dels voltants del Vinyet. Quina imaginació per a fer marxar els reis que havien d’arribar la nit dels reis davant la cova on va néixer l’Infant.

Tot el mes de gener era consagrat als Reis i als « Pastorets ». Era una comèdia que es representava al Patronat, al Retiro i al Prado.

« Els Pastorets » és una funció satírica en la que els Pastorets, Déu, la Mare de Déu , els Angelets, els Dimonis, en Lucifer i tots els entorns de la cosa Sagrada feia plorar de riure.

No heu trobat encara el nom del poblet?
          El teniu aquí :
                        SITGES

(suite)

Bien chers tous et toutes, la première partie de notre pari s’est terminée dans le dernier bulletin. Rappelez-vous, il faut trouver le nom d’un village du bord de mer au moyen de descriptions et indices don-nés. Vous devrez trouver le nom du village et comparer l’image du temps passé à celle de nos jours. Si vous avez trouve j’espère que vous aurez du plaisir à penser un peu au temps passe et à ce que vous avez vécu dans votre enfance. Si vous n’avez pas trouve voici de nou-velles pistes. Vous êtes prêts ? Donc on y va.

A cette époque, c’était en juillet, nous avons créée une course de vieux tacots qui partait de Barcelone et parcourait tout la cote. Voila encore une nouvelle invention pour faire du tourisme. De nos jours cette course existe toujours mais elle a perdu un peu de sa splendeur d’antan.

Le mois d’aout c’est la fête patronale du village qui était le point culminant de toutes les fêtes. Durant quinze jours se succédaient des concours d’échecs, matchs de football, sardanes sur la promenade de le rivière. Concours de billard, bals de gala aux casinos concours de châteaux de sable sur les plages, concours de pêche à la ligne. Le concours de pêche c’était le plus fabuleux. Tout ce que la région possédait de pêcheurs à la ligne se donnaient en défi d’être le meilleur. De centaines de pêcheurs se dépliaient tout le long des cotes et plages depuis la Estatue d’en Benapres’ et terrain de golf jusqu’a la « Bou-fere » et bien plus loin en passant par le Vivier, la Pointe des Mabres, la pointe Longue, la pointe d’en Negret. Tout cela s’enflammait vers la fin du mois au pregon à la Mairie et à midi. Danses des bâtons, des cerceaux, les bergers, les grosses têtes, les géants les plus grands de Catalogne (encore de nos jours) les Castellers (tours humaines), Mutxigangue (seule troupe de nos jours en Catalogne), les troupes de démons, Drac. Ce jour d’ouverture des festivités il se faisait un tumulte d’enfer. Le cortège parcourait les rues du village. Il descendait par la rue Majeure vers la place du centre ville, au pied du lieu dit le Siecle, ensuite rue Parelledes,rue Saint Paul, Saint pierre, rue de Cu-belles etc. etc. Un feu d’artifice était tire du lieu dit la Punte. Le len-demain matin le pregon du matin avait lieu vers cinq heures c’était le défilé dit de la Matinal. Les femmes et jeunes filles devenaient folles en étirant les bras pour cueillir un bouquet de fleurs donnés par de messieurs et jeunes hommes en habit de soirée et tires à quatre épingles et juchés sur un carrosse tiré par des chevaux noirs. Le défilé se poursuivait ainsi au son des gralles et jusqu’à la nuit profonde c’était à te faire mourir de plaisir. Une descente des groupes folkloriques par les escaliers de l’église et un parcours sur la promenade de le rivière concluait la fête patronale.

En ces temps encore sous le feu de l’été les étrangers profitaient des journées d’été qui passaient avec les rêves et de la douceur des jours qui commencent à raccourcir. Il faut dire qu’au bord de mer quand les jours commencent à raccourcir et les nuits sont plus longues quel plaisir de voir la lune se lever sur la mer, quelle merveille des yeux de voir un rayon de lune se réfléchissant sur les vagues.

Tout cela nous rapprochait de septembre et à l’arrivée des étrangers « étrangers riches » c’est ce que l’on disait des touristes qui venaient passer les vacances en cette période du mois de septembre Si durant tout l’été le village était une fourmilière de gens venus de toute Europe et d’Amérique (il ne faut pas oublier que les américains étaient en Espagne). En septembre les français, allemands et anglais étaient les colonies les plus importantes qui promenaient dans les rues.

Il était facile en ces temps la d’apprendre les langues sans aller a l’école « sorrei » « dankeschun » « merci mesie » etc. etc. Comme soixante dix pour cent de la population travaillait dans la restaura-tion et les services au client donc tout le monde baragouinait les langues étrangères. Quelle rigolade. On aurait dit que c’est dans ce village que l’on avait inventé l’Esperanto.

Il ne faut pas oublier que je dois vous donner des pistes pour trou-ver le nom du village.

Donc comme dans les villages de Catalogne il y a la fête du saint patron chacun se célébrant à une date différente. Celle de la sainte patronne de ce village revêt un caractère particulier. Elle se célèbre un mois jour pour jour après celle du saint patron (je ne sais pas s’il en est de même pour les autres villages) donc le 24 septembre on fête la sainte Thècle. A nouveau des pétarades, danses, défiles de rue, aubades, feux d’artifice, processions. Mais avec le temps je me rends compte que ce village devait être un peu machiste, la fête de la sainte patronne est moins fastueuse. Les étrangers ne s’en avisaient pas mais les villageois oui.

En arrivant à mi-octobre c’était la fête des vendanges. Dans une rue surnommée « la rue de l’enfer » ou « la rue de coup de poignard » se hissait au milieu de le place une fontaine décorative qui évoquait la vigne d’où versait du vin par barriques, elle était assez grande, les gens avec de gobelets en plastique buvaient à volonté. Quelle joie pour les adolescents de voir ce tremblement de terre provoqué par tant de monde et pouvoir y participer dans cette rue de « l’enfer », qui par son seul surnom nous faisait peur. La fête commençait par un feu d’artifice et tout le long de la promenade du bord de mer une foire illuminée de lanternes de papier.

Si vous avez bien suivi, dans ce village il se tirait beaucoup de feux d’artifice : Je ne sais pas si c’est ça qui créa une concurrence entre les autres villages? Une année on a vu le premier concours des arti-ficiers. Alors chaque jour durant une semaine depuis la pointe « la punta » à partir de dix heures du soir et les trois coups de canon annonciateurs ça faisait courir les derniers ouvriers qui terminaient leur journée de travail. Alors le ciel s’illuminait de palmiers de feu, des pétards qui descendaient avec lenteur et qui laissaient par mo-ments un bouquet de couleurs, d’autres sortaient de la mer, le bruit des pétards se mélangeait avec les hooo !!! haaa !!!Les tapes de main des spectateurs. C’étaient des tirs qui donnaient de la joie pas comme ceux d’aujourd’hui qui parfois font pleurer.

Novembre c’était un mois de récupération, le village reprenait son rythme normal en attendant les fêtes de fin d’année. Seulement la « castagnada » de la toussaint donnait un peu d’ambiance de fête.

Décembre les fêtes de Noel et de fin d’année illuminaient les devan-tures des commerces de mille couleurs, le concours de crèches fai-sait déplacer tout le village comme on disait « les maisons de riches » s’ouvraient pour faire voir leur crèche, orgueil des propriétaires. Les plus belles crèches étaient celles des maisons bourgeoises « torre » autour du lieu dit el Vinyet. Quelle imagination pour faire marcher les Rois qui devaient arriver la nuit des Rois devant l’étable où naquit l’enfant Jésus.

Tout le mois de janvier était consacré à la fête des rois et aux « Pastorets ».

Les Pastorets était une pantomime qui se jouait au Patronage, Le Retiro et au Prado.
« Els Pastorets » c’était une pantomime satirique ou les Pastorets, Dieu, les Démons, Lucifer et tout ce qui entoure la chose sacrée te faisait mourir de rire.

Si le nom de village vous ne l’avez pas encore trouvé. Vous le trouverez ici dessous :
                        SITGES

Tony SANCHEZ        Allauch 06/06/2017

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *